Texte écrit par Julien Buchet.

Thème : La création du groupe MSI
Répondre
Avatar du membre
Alice de Logres
Médiatrice officielle
Messages : 55
Enregistré le : 26 févr. 2017, 00:52

31 mars 2017, 15:08

- Plus une seule vache debout, sire ! C’est une conspiration !

- Plus une vache ? Mais on bouffe que ça nous ! S’exclama Leodagan.

- Oui, et sans parler du fromage, ajouta Arthur.

- C’est une catastrophe…

- Bohort, ne commencez pas ! Lui rétorqua le roi. Guethenoc, expliquez-nous : c’est une épidémie ?

- La Cocatrix ! C’est elle qui passe sous la pense de bœufs et les fait crever !

- Mon dieu, Sire, la Cocatrix ! Un fléau venu du tréfonds des enfers !

- C’est vrai qu’on dit qu’elle est pas choucarde, concéda Leodagan.

- Pas choucarde ? Mais on dit qu’un seul de ses regards suffit à vous pétrifier sur place ! Et son souffle est empoisonné !

- Bon, intervint Arthur, on monte une petite équipe et on part en chasse alors ?

- Une créature démoniaque, sire ! Ajouta Bohort.

- D’accord, fit Leodagan, mais embarquez pas Bohort…

Arthur et Bohort regardèrent le roi de Carmelide avec des yeux ronds.

- Ah non, il a peur de faisans déjà !…

****

Ce jour là, la séance de doléances du peuple fut interrompue pour qu’Arthur puisse sans délai aller consulter le Grand Enchanteur de Bretagne.

- C’est pour ?

- La Cocatrix, ça vous dit quelque chose ?

- Ouais, j’en ai vaguement entendu parler…

Merlin prit sur une étagère un grimoire sur la classification des vertébrés, qu’il commença à feuilleter.

- Elle décime actuellement nos troupeaux. Il faut que vous trouviez un moyen de nous en débarrasser.

- Vous en débarrasser, vous en débarrasser… Vous êtes marrant vous ! Répondit l’enchanteur sans même lever les yeux de sa lecture.

- C’est une créature surnaturelle, alors je partais plus ou moins du principe qu’en tant que druide reconnu, vous pourriez aider le royaume de Logres. Mais si j’me suis planté, vous m’le dites tout de suite ETVOUS M’LIBEREZ LES LOCAUX !

- Alors… blablabla… *corps de serpent et tête de coq*… Ha, voilà ! Fit Merlin en trouvant ce qu’il cherchait : *Elle peut être mise en fuite par le chant d’un autre coq*.

Perplexe, Arthur regarda l’enchanteur.

- Mais je vais pas organiser des combats de coqs en plein milieu des pâturages, j’vous dis qu’on est en train de se faire tuer tout le cheptel bovin des environs !

Sans se laissait déconcentrer, Merlin continua sa lecture à voix haute :

- Alors, sinon : *Le seul animal réputé capable de vaincre la Cocatrix est la belette.*

- La belette ? Qu’est-ce que vous m’chantez ?

- J’vous lis c’qui est marqué moi !…

- Je vais pas combattre un démon avec une belette ?

- Essayez au moins ! Qu’est-ce que ça coûte ?

****

- Alors, d’après Merlin, hein, ça vaut c’que ça vaut…

Tous les chevaliers étaient réunis autour de la table ronde. Arthur les regarda un par un et hésita à donner l’information qu’il avait obtenue de l’enchanteur. Il prit une grande respiration avant de terminer sa phrase :

- … la Cocatrix ne peut être vaincue que… que par une belette.

- Une belette ? Répéta Calogrenant.

- Oh non, mais vous allez pas croire à ces conneries ! Protesta Leodagan.

- Je sais que c’est étrange, mais c’est la seule piste que nous avons, ajouta le roi. J’ai besoin de deux volontaires pour m’accompagner. Bohort, vous vous irez au marché demander une belette à Venec.

- Très belle initiative, sire, fit Lancelot. Vous pouvez compter sur moi. Nous terrasserons la bête satanique !

Arthur inclina la tête en signe de respect pour la déclaration de son fidèle lieutenant. Puis il regarda tour à tour tous les autres chevaliers.

- Ah non, mais me regardez pas comme ça, lança Leodagan. Hors de question que j’aille à la chasse au poulet accompagné d’une belette !

- Pensez à la gloire… commença Bohort.

- Non, mais pour la gloire, j’ai ce qui faut ! L’interrompit Leodagan. C’est justement si je me lance dans cette quête que ça risque de m’porter préjudice…

- Je suis volontaire, sire !

Déterminé, c’était Karadoc qui venait de lancer cette phrase.

- Karadoc ? Le roi en était dubitatif.

- Attendez, le prévint Perceval, c’est un machin, moi j’en ai entendu parler, il est capable de faire de trucs magiques et tout l’merdier !

- Il peut même vous picorer les yeux ! Surenchérit Gauvin.

- Non, mais ok ! Intervint le roi. Si Karadoc veut venir en mission, d’accord. Allez préparer votre barda.

****

- Sire, vous m’auriez dit, j’aurais amené des potes à moi, lança Venec. Là, ça ressemble à quoi ? A cinq à travers les champs…

- Fermez-là, Venec ! Répondit Arthur irrité. Déjà qu’on est obligé de se farcir le frangin de l’autre pomme !

- S’il protège bien le roi, Kadoc il aura des petits croûtons de pain, répéta encore une fois Kadoc.

- Je suis désolé, je pouvais pas laisser mon frère tout seul au château. Il aurait pu attaquer quelqu’un.

- Ca fait depuis qu’on a quitté Kaamelott que vous nous le répétez, merci !

- Regardez, sire, fit Lancelot, orienté vers d’autres préoccupations. Nous devons approcher du but : une vache sur le flanc.

- Ouais, la Cocatrix doit être dans le coin, acquiesça le roi. Venec, tenez vous prêt avec votre belette. Vous êtes sûr de votre bestiole, hein ?

- Attendez, c’est de la belette de compétition ! Elle n’a jamais perdu dans les tournois.

- Quand même, sire, remarqua Lancelot, des combats de belettes… Vous qui aviez interdit les jeux d’argent.

- Et bin, pour une fois, ça va nous servir.

Karadoc fut le premier à apercevoir la Cocatrix bouger dans les fourrés. Il dégaina son épée et pointa le doigt dans sa direction :

- Là-bas ! On dirait que c’est elle !

- Ok ! Restez bien planqués derrière vos boucliers : si vous croisez le regard de la Cocatrix, vous serez pétrifiés sur place. Karadoc, occupez-vous de votre frère !

D’un bond, l’animal terrible surgit des sous-bois pour s’élancer sur nos héros. Son corps de dragon était surmonté de monstrueuses ailes de chauve-souris et d’une tête de coq au regard de braise. Elle fendait l’air de ses deux pattes couvertes d’écailles, armées d’ergots acérés.

- Venec, la belette ! Cria le roi.

Lancelot s’était élancé, bouclier en avant et envoyant de furieux coups d’épée par-devant lui. D’un revers d’aile, le monstre envoyant le chevalier au sol.

- Lancelot est touché ! S’exclama Arthur.

Apercevant la belette, son ennemi héréditaire, enfermée dans sa cage, la Cocatrix fondit au milieu du groupe et bouscula Venec de ses redoutables pattes. Le marchand s’effondra, lâchant la cage encore fermée, qui vint rouler aux pieds de Karadoc. Arthur s’élança dans le dos de la bête maléfique.

- Karadoc, faites quelque chose !

- Elle est où la poulette ?

Dans sa rage, la Cocatrix envoyait désormais des coups dans tous les sens. Toujours bouclier face au visage pour éviter de croiser son regard, Karadoc et Arthur tentaient d’estoquer le monstre.

Soudain, un cri rageur se fit entendre, celui d’un petit animal qui venait de s’élancer dans la mêlée. Kadoc venait d’ouvrir la cage de la belette et celle-ci sauta à la gorge de la Cocatrix. Le combat entre les deux animaux fut bref et intense, tournant rapidement à l’avantage du mammifère. Terrassée, l’engeance du mal s’écroula aux pieds de nos héros.

****

Victorieux, ces derniers étaient de retour pour festoyer dans villages alentours.

- N’empêche que sans le frère de Karadoc, on y passait tous, reconnut Lancelot.

- J’ai toujours dit : il est très doué de ses mains ! Fit Karadoc.

- Ca, faut reconnaitre qu’en bataille, il est pas si débile… répondit Arthur. Mais, à c’compte là, sans la belette de Venec, et bin on était marrons ! Alors, on dit aussi merci Venec.

- Ah sire, vous m’gênez ! J’trouve plutôt qu’on fait une bonne équipe.

- Oui, mais moi j’en ai marre de donner des coups de pieds aux poules…

Julien Buchet.


On a une autorité naturelle, il faut en profiter... Je suis sûr que même à poil, on ferait toujours chef.
Répondre